La stratégie québécoise d’économie d’eau potable

Revenir à la page principale

La stratégie québécoise d’économie d’eau potable

Posté le 8 août 2016 par Equipe Rédaction
Posté dans Eau et assainissement au Canada, Taggé gestion des pertes en eau,

Les Québécois seraient-ils parmi les plus grands consommateurs d’eau au monde? Au tournant du millénaire, la province bleue ne faisait pas bonne figure face à l’Ontario et à la France. Heureusement, la situation tend à changer grâce à la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. FluksAqua a rencontré Mathieu Laneuville, ingénieur au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et chargé de projet pour la Stratégie.

équipe-travail

FluksAqua : Les objectifs visés par la Stratégie sont de réduire de 20 % la production d’eau potable et de limiter les fuites à 20 % de l’eau distribuée en 2017. Aurons-nous atteint cette cible d’ici un an? Quels sont les derniers résultats?
Mathieu Laneuville : En ce qui concerne la quantité d’eau distribuée par personne par jour, l’objectif de la Stratégie de réduire de 777 à 622 litres (la moyenne canadienne de 2001) a été atteint en 2014 avec un résultat de 589 litres. Cependant, la moyenne canadienne a depuis baissé à 466 litres et la moyenne ontarienne à 386 litres, ce qui creuse l’écart avec notre moyenne.

Sur le plan des pertes d’eau potentielles des réseaux de distribution, c’est-à-dire les pertes d’eau et les consommations de nuit non mesurées, les municipalités doivent continuer le travail amorcé pour les réduire davantage. Les résultats de 2014 indiquent que ces pertes d’eau sont de l’ordre de 26 % de la quantité d’eau distribuée contre un objectif de 20 % pour 2016.

FluksAqua : Depuis 2015, les municipalités qui n’ont pas atteint les cibles doivent installer des compteurs d’eau sur certains bâtiments. En quoi cette mesure modifiera-t-elle le travail des opérateurs d’usine de production d’eau potable ?

Mathieu Laneuville : La mesure de la consommation d’eau permettra aux opérateurs de savoir de façon plus précise où va l’eau une fois qu’elle est produite, c’est-à-dire de départager le volume d’eau engendré par les consommations de celui occasionné par les pertes d’eau. Cela permettra ensuite de poser les actions appropriées dans la municipalité.

Dans les petites municipalités, il sera même possible pour les opérateurs d’usine de détecter l’apparition de nouvelles fuites si les consommations nocturnes des immeubles non résidentiels sont connues. Par exemple, l’analyse du débit de nuit peut identifier :

  • l’apparition de nouvelles fuites sur les conduites principales s’il y a moins de 3 000 branchements de service ;
  • l’apparition de nouvelles fuites sur les conduites principales et sur les branchements de service s’il y a moins de 1 000 branchements de service ;
  • les chasses d’eau provenant des toilettes s’il y a moins de 500 branchements de service.

FluksAqua : Comment la Stratégie affecte-t-elle les opérations actuelles dans les municipalités ?

Mathieu Laneuville : Toutes les municipalités dotées d’un réseau de distribution d’eau potable conforme participent à la Stratégie. Voici ce que ça implique :

  • réaliser un bilan d’eau annuel pour évaluer les indicateurs de performance ;
  • mettre en place un plan d’action en économie d’eau ;
  • instaurer un programme de recherche et de réparation de fuites si les indicateurs de pertes d’eau n’atteignent pas les objectifs ;
  • adopter et appliquer une règlementation municipale sur l’utilisation de l’eau potable ;
  • mesurer et enregistrer les données et vérifier les instruments de mesure de l’eau distribuée qui se font de façon progressive pour améliorer la fiabilité des résultats des indicateurs de performance.

FluksAqua : La Stratégie est un travail de collaboration entre le MAMOT avec les municipalités. En quoi cette collaboration se concrétise-t-elle sur le terrain ?

Mathieu Laneuville : Le gouvernement soutient les municipalités dans leurs efforts pour économiser l’eau potable. Par exemple :

  • Une équipe de soutien technique a été mise en place au ministère pour accompagner les municipalités dans leurs démarches d’économie d’eau potable.
  • Le Code de construction a été révisé pour interdire l’installation d’équipements surconsommant l’eau. On parle ici des toilettes de plus de 6 litres par chasse, des urinoirs à réservoir de chasse automatique, des urinoirs de plus de 1,9 litre par chasse et des systèmes de climatisation ou de refroidissement à l’eau potable sans boucle de recirculation.
  • Les réseaux de la santé, des cégeps et des universités ainsi que la Société québécoise des infrastructures ont produit un plan d’action afin de mettre en place des mesures d’économie d’eau dans leurs immeubles.
  • Dans le cadre du programme éducatif Fantastiko, mis en œuvre par le Centre d’Interprétation de l’eau et financé par le gouvernement, plus de 3 760 trousses pédagogiques ont été distribuées pour sensibiliser les élèves de 5e et 6e années du primaire à l’économie d’eau potable. L’activité Compareau a aussi été créée pour le préscolaire.
  • Plus de 25 340 trousses d’économie d’eau ont été distribuées dans le cadre du Programme de produits économiseurs d’eau et d’énergie, mis en œuvre par Hydro-Québec en collaboration avec les partenaires municipaux.
  • Le Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2014-2018 (TECQ) est disponible pour aider les municipalités à corriger leurs réseaux d’eau problématiques. 
  • Finalement, nous diffusons de bonnes pratiques grâce à des articles, vidéos, guides et formations.

FluksAqua : Selon vous, FluksAqua peut-elle avoir un rôle à jouer en tant que communauté d’entraide dans la mise en œuvre de la Stratégie ?

Mathieu Laneuville : Tout à fait! La communauté d’entraide de FluksAqua est un lieu d’échange très intéressant pour les professionnels de l’eau qui ont à cœur la saine gestion de l’eau.

FluksAqua : À un an de l’année butoir de la Stratégie, quelles sont les priorités et les points chauds à surveiller ?

Mathieu Laneuville : Tout d’abord, la poursuite des mesures déjà entamées est essentielle. Aussi, si la tendance se maintient, l’ensemble des objectifs de la Stratégie ne sera pas atteint au bilan 2016, dont la publication est prévue au printemps 2018. Si les objectifs ne sont pas atteints, la Stratégie mentionne que les municipalités devront mettre en place une tarification adéquate des services d’eau. La Stratégie prévoit que la définition de la tarification adéquate soit discutée conjointement avec l’ensemble des partenaires municipaux. À suivre!

________

1 Statistique Canada, 2013

2Interpreting ILIs in Small Systems. IWA Conference ‘Water Ideas 2014: Intelligent Distribution for Efficient and affordable Supplies’. Bologna, Italy, 22-24 October 2014

avatar

A propos de l'auteur

L'équipe de rédaction FluksAqua est à l'affût des dernières nouvelles dans le domaine de l'eau et partage des articles relatant de l'actualité pour les opérateurs.