DÉFENSE INCENDIE : des débits réglementaires par niveaux de risque

Revenir à la page principale

DÉFENSE INCENDIE : des débits réglementaires par niveaux de risque

Posté le 17 mars 2017 par FluksAqua
Posté dans Cas pratiques, Questions d'exploitation, Taggé débits, distribution eau potable, poteaux incendie, réglementation, SDIS,

Les échanges sur les stratégies de défense incendie et leur impact sur le quotidien des exploitants de la distribution de l’eau potable se poursuivent sur le forum.  Cet article s’intègre dans la série de post sur les hydrants.

defense-incendie

La réforme des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), qui intègre une réflexion sur les débits réglementaires imposés dans les réseaux, est en cours. C’est ce qui a conduit Yobozo, contributeur sur le forum d’entraide technique de FluksAqua, à poser cette question mardi dernier:

“Le débit réglementaire imposé par le SDIS est de 60 m3/h à 1 bar pendant 2h. Mais j’ai entendu dire que désormais il y avait distinctions des niveaux de risques :

  • 30 m3/h pour des zones à risque modéré
  • 60 m3/h en zone urbaine
  • 120 m3/h en zone sensible.

Est ce que quelqu’un aurait des infos la dessus, et éventuellement les références des textes officiels qui se rapportent au sujet ?”

La réponse de Climax, apportée en 1/2h était d’une telle qualité que nous avons souhaité en faire profité un maximum d’exploitants en la publiant également ici sur le blog. La voici dans son intégralité :

“En effet, afin de mieux définir une défense incendie adaptée et proportionnée aux risques , celui-ci est décomposé en courant de 4 niveaux :

Le risque courant très faible

Pour être admis dans cette catégorie de risque, le projet bâtimentaire du pétitionnaire, doit remplir au minimum et simultanément les conditions suivantes :

  • • une surface développée de moins de 50 m² ;
  • • le(s) bâtiment(s) ne doit(vent) pas être regroupé(s) (exemple : habitations légères de loisirs).
  • • absence de risque de propagation à d’autres structures (>5 mètres) et/ou à l’environnement (>5 mètres) ;
  • • valeur constructive du bâtiment et du stockage (le cas échéant) inférieure au coût de l’implantation d’une D.E.C.I.

Le risque courant faible

Il peut être défini comme étant un risque d’incendie dont l’enjeu est limité en terme patrimonial, isolé, à faible potentiel calorifique ou à risque de propagation quasi nul aux bâtiments environnants. Il peut concerner, par exemple, un bâtiment d’habitation isolé en zone rurale. Le risque courant faible peut concerner les habitations individuelles isolées, les Etablissements Recevant du Public (E.R.P) et les établissements industriels dont la surface développée n’excède pas 250 m², les campings (sans création d’E.R.P), les habitations légères de loisirs, les aires d’accueil des gens du voyage, les aires de stationnement de camping-car.

La quantité d’eau demandée doit correspondre à un besoin au regard du risque réel que constitue le bâtiment. L’ensemble des données terrain c’est-à-dire surface, distance d’isolement, caractéristiques du bâtiment (matériaux de construction, volumes,…), activité ou l’environnement (risque de propagation en provenance ou en direction). Il pourra donc être admis une quantité d’eau minimale de :

  • 30 m3 utilisable en 1 heure sous 2 bars en régime d’écoulement de l’eau à 200 mètres maximum

OU

  • 30 m3 utilisable en 1 heure sous 1 bar en régime d’écoulement de l’eau à 100 mètres maximum

OU

  • 45m3/h sous 1 bar en régime d’écoulement de l’eau à 200 mètres maximum

OU

  • 30 m3 instantanément disponible à 200 mètres maximum.

Ceci est un minimum et doit être une exception.

Le risque courant ordinaire

Il peut être défini comme étant un risque d’incendie à potentiel calorifique modéré et à risque de propagation faible ou moyen. Le risque courant ordinaire peut concerner les habitations individuelles non isolées, ou jumelées, ou en bande, les habitations collectives R+3 maxi, les E.R.P et les établissements industriels dont la surface développée n’excède pas 500 m², les zones artisanales non aménagées. La quantité d’eau demandée est de 120 m3 utilisable en 2 heures si les dispositions particulières n’apportent pas de solutions

Le risque courant important

Il peut être défini comme un risque d’incendie à fort potentiel calorifique et/ou à risque de propagation fort. Il peut concerner par exemple une agglomération avec des quartiers saturés d’habitations, un quartier historique (rues étroites, accès difficiles,…), de vieux immeubles où le bois prédomine, une zone mixant l’habitation et des activités artisanales ou de petites industries à fort potentiel calorifique, les habitations collectives supérieures à R+3 et dont la surface est supérieure à 250m².

– Pour le risque courant important

Afin de limiter la quantité d’eau maximum susceptible d’être demandée pour la mise en oeuvre des moyens publics de lutte contre l’incendie, il y a lieu de fixer un dispositif théorique maximum qui prend en compte l’équipement et la répartition de ces moyens sur le département, c’est la limite opérationnelle du S.D.I.S. 62. Ce dispositif est évalué à l’équivalent de 12 lances de 500 litres/minute (30 m3/h) pendant 2 heures, soit 360m3/h en 2 heures, représentant un volume total de 720 m3.

Sauf cas particulier, au‐delà de cette valeur de débit, il sera nécessaire de mettre en place des mesures de prévention et de protection complémentaires telles que :

  • Extinction automatique à eau,
  • Recoupements,
  • Disposition ou composition différente des stockages,
  • Etc…

Concernant, les textes de loi, sachant que cela est régie par le Code Général des Collectivités Territoriales (C.G.C.T), il est préférable de se renseigner auprès du SDIS qui vous fournira le « règlement départemental de la défense extérieure contre l’incendie ».”

Pour poursuivre les échanges sur le sujet, rejoignez la discussion “Défense incendie – Débit réglementaire” sur le forum

Défense Incendie – Débit réglementaire

Vous aimerez aussi :

avatar

A propos de l'auteur

Notre but : faciliter l'échange de savoir-faire entre exploitants, quelque soit leur organisation et leur niveau hiérarchique. D'où ce forum, anonyme et gratuit.N'hésitez pas à partager avec nous vos attentes, remarques et conseils pour nous aider à faire évoluer ce forum dans le bon sens !!